Le secteur privé en tant qu'acteur clé de l'opérationnalisation du concept "One Health".

Mercredi 4 mai 11.30

Salle A

En anglais et en français

Présentation

One Health reconnaît l’interconnexion des humains, des animaux, des plantes et de l’environnement dans lequel ils vivent, tout en prenant conscience de leurs interdépendances intrinsèques. Bien que la nature des interrelations à l’interface entre l’homme, l’animal, la plante et l’environnement varie, la période contemporaine est marquée par un profond impact humain sur les systèmes de maintien de la vie sur terre. Cet impact prend la forme de l’industrialisation, de l’urbanisation et de la mondialisation, autant de trajectoires de développement qui font progresser les innovations techniques et autres pour la santé de certaines manières, mais au détriment d’autres. Le changement climatique s’accélère, la biodiversité décline rapidement et les êtres humains sont de plus en plus vulnérables, et de manière inégale, à toute une série de menaces sanitaires mondiales allant des maladies infectieuses à la résistance aux antimicrobiens, en passant par les maladies non transmissibles. Les évolutions actuelles, dont COVID-19 n’est qu’un exemple, nécessitent un réalignement des perceptions de la santé et du bien-être au niveau mondial entre différents secteurs, tels que les secteurs public et privé, entre autres.

À cet égard, la pandémie de COVID-19 semble avoir rapproché les décideurs politiques et le secteur universitaire dans la recherche de preuves pour étayer la prise de décision politique basée sur le concept One Health. Dans le contexte d’un réalignement de l’approche One Health, le potentiel du secteur privé n’a pas encore été pleinement exploité. Nous proposons donc un débat d’experts afin de définir les différents points d’entrée du secteur privé dans le concept “One Health” pour une collaboration inter, transdisciplinaire et intersectorielle afin de rendre opérationnel et de promouvoir le concept “One Health” en période de pandémies, de changement climatique et de perte de biodiversité sans précédent.

 

Modératrices

Babette Simon
Faculté de médecine, Université de Paris
Andrea Sylvia Winkler
Center for Global Health, Technical University of Munich and Centre for Global Health, University of Oslo

Oratrices

Kelly McCain
World Economic Forum
Uta Jungermann
World Business Council For Sustainable Development
Jutta Reinhard-Rupp
Merck Global Health Institute